Actu - Que fait l'équipe du Musée Médard ?

-A A +A
Mardi 13 avril 2021 14:00 - Mardi 15 juin 2021 18:00

Découvrez, chaque mois, le portrait d'un membre de l'équipe du musée. Ce mois-ci Ana, stagiaire au sein du service des collections et de la diffusion numérique.


Ana est-elle en train de chercher des filigranes cachés dans les pages des livres anciens ? 

Non, elle est en train de réaliser des constats d’état. Pendant mon stage au service des collections j’assiste Morgane, la responsable de la diffusion numérique des collections, et Magali, la régisseure d'œuvres.

 

Actuellement je participe à la campagne de récolement des collections, et dans ce cadre je réalise les constats d’état des œuvres. Le constat d’état est un document qui nous permet de connaître l’état de conservation d’une œuvre à un moment donné. Il doit être réalisé à chaque fois que l'œuvre est déplacée - par exemple dans le cadre des prêts, ou lors du récolement décennal des collections. Ainsi nous pouvons répertorier les objets dont l’état de conservation est instable et préparer les futures campagnes de restauration. 

Le récolement des collections nous permet de vérifier la présence du bien dans les collections, sa localisation, son état de conservation, son marquage et la conformité de son inscription à l’inventaire.

 

 

- Quelles sont vos missions au sein du musée ?

Plusieurs missions m’ont été confiées durant mon stage au musée Médard : la vérification des notices d'œuvres sur la base de données Flora-Musée, la numérisation des collections pour les besoins des services collections et médiation, la réalisation des constats d’état, l’entretien des collections et la participation au récolement.

Le musée Médard a fait récemment l’acquisition d’un logiciel spécifique pour la gestion des collections patrimoniales. Cet outil facilite l’ensemble des opérations que nous menons sur le fonds.  Qu’il s’agisse du travail sur la base de données ou sur les œuvres mêmes, ces missions me permettent de voir un grand nombre d'objets et de découvrir la richesse de la collection. Le fait de travailler sur des collections patrimoniales m’offre le privilège de manipuler et d’observer de près des objets uniques.


- Quel est votre parcours avant d'arriver au musée ?

Je suis titulaire d’un Master I en Art contemporain, spécialité production d’exposition. Passionnée par les livres anciens, j’ai complété ma formation initiale par une formation en conservation et restauration de fonds patrimoniaux au Musée royal de Mariemont, en Belgique. 

Cette année je réalise un Master professionnel Patrimoine et musées à l'université Paul-Valéry de Montpellier, afin de me spécialiser dans la conservation du patrimoine. Avant de commencer mon stage au musée Médard, j’ai travaillé en tant que technicienne de conservation préventive pour les musées de la ville de Strasbourg (Musée Alsacien, Musée des Arts décoratifs et Musée de l’Œuvre Notre-Dame). Dans le cadre du chantier des collections qui a eu lieu en 2019-2020, nous avons préparé le transfert des œuvres vers de nouvelles réserves.


- Une anecdote à nous raconter au sujet du musée ou un projet que vous avez mené ?

Lors de la campagne de récolement que nous menons actuellement au musée, nous avons découvert dans un livre un morceau d’une ancienne carte à jouer.

Au dos de ce petit fragment de papier était écrit le texte suivant : “Coller un feuillet de bon papier entre le feuillet blanc et le faux titre”. Il s’agit en fait d’un message que Louis Médard avait écrit à l’attention du relieur qui a effectué la reliure de cet ouvrage. 

Le livre dans lequel nous avons découvert ce message, Les œuvres de Virgile, a été relié par Gustave Durville. Né le 17 novembre 1805 à Montpellier, Durville a réalisé cent trente-huit reliures pour Louis Médard.

 

 

- Quel est votre livre préféré dans la collection de Louis Médard ?

Il est difficile de choisir un seul livre préféré de la collection de Louis Médard. Plusieurs livres ont attiré mon attention, soit par la beauté de leur décor, soit par leurs particularités techniques.

D’une manière générale, je m’intéresse aux livres pour leur aspect matériel. J’aime particulièrement le Livre d’heures flamand, datant du 15e siècle.

Il s’agit d’un livre manuscrit sur parchemin, en latin, qui a été relié dans une reliure en cuir brun, non signée. Il comporte quatorze miniatures et plusieurs lettres décorées, dont l'esthétique et le contenu nous font penser aux livres réalisés au 15e siècle à Bruges. A l’époque de création de ce livre, Bruges était l’un des plus grands centres de productions de manuscrits de l’Europe. 

Le manuscrit peut être consulté sur le portail des collections.