Un trésor de Médard à l'honneur au musée Fabre de Montpellier !

-A A +A

Dans le cadre de l'exposition Le Musée avant le Musée – La Société des beaux-arts de Montpellier (1779-1787), nous prêtons un ouvrage précieux du fonds Médard. Il s'agit d'un petit volume de la Constitution française de 1791 imprimé sur parchemin. De belle qualité, ce livre possède une reliure en maroquin rouge avec un décor de roulettes et de filets dorés. Son étui, également en maroquin rouge avec décor doré, renforce sa préciosité, à la fois outil de protection et marque de prestige.

Première constitution écrite en France, la constitution française de 1791 incarne les idéaux de la Révolution. Le texte est rédigé par l'Assemblée nationale constituante le 3 septembre 1791 et inclut la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789. Cette constitution propose une réorganisation de la royauté avec un transfert de la souveraineté du Roi à la Nation. De courte durée, elle est suspendue le 10 août 1792, son application n'aura duré qu'un an.

La Constitution française conservée au musée Médard est unique car elle aurait vraisemblablement appartenu à Louis XVI. En effet, l'ouvrage aurait été « acquis » par le peintre Dumas suite à la décapitation du monarque. Une lettre d'Augustin Fontanel, fils du célèbre marchand d'art et collectionneur montpelliérain Abraham Fontanel, est insérée dans cet exemplaire par Louis Médard lui-même. Celle-ci nous renseigne sur l'arrivée de ce livre dans la collection du bibliophile.

L'ouvrage fut tout d'abord offert, en 1793, par le peintre parisien Dumas à la famille Fontanel qui le logeât lors de son passage à Montpellier. Le présent de Dumas, « ce livre du Cabinet du Roi », était accompagné «  des cheveux ensanglantés de l’illustre victime et [d']un faible lambeau de la chemise au jour du sacrifice. » (voir Lettre Augustin Fontanel insérée dans la Constitution française de 1791, musée Médard, Lunel)

A la fin de sa note, datée du 28 novembre 1830, Augustin Fontanel affirme : « je l’ai vendu à M. Médard oncle en lui promettant même la lettre d’envoi de Dumas, si je la trouve parmi des papiers de famille qui n’ont pas encore été dépouillés.»

Cette lettre nous précise ainsi les circonstances d'entrée de l'ouvrage dans la bibliothèque de Louis Médard. L'exemplaire de la Constitution française, au vu de son histoire, a su convaincre Louis Médard de la nécessité de l'intégrer dans sa collection de livres rares et précieux.

Malgré la promesse de Fontanel, Médard n'a jamais reçu la lettre d'envoi de Dumas, qu'il aurait sûrement intégré dans l'ouvrage, comme il a pu faire pour certains livres « truffés ». Il a cependant, comme à son habitude, rédigé une préface manuscrite à la suite de la note d'Augustin Fontanel : "Sur la constitution de 1791, ses auteurs et les ministres de Louis XVI ».

La présence de cette Constitution prend tout son sens dans l'exposition du musée Fabre car elle témoigne du rôle majeur de Fontanel dans la vie artistique et culturelle montpelliéraine en tant que marchand d'art mais également comme figure importante dans le secteur de la bibliophilie.