Le fonds Médard

-A A +A

Une collection de près de 5000 ouvrages


Louis Médard a constitué sa collection durant une trentaine d'années, de la fin de l'Empire, vers 1814, jusqu'à sa mort en 1841, sous la Monarchie de Juillet. Le fonds Médard est représentatif de la bibliophilie de la première moitié du XIXe siècle, encore encyclopédique, tournée vers les livres anciens, précieux et rares. L'ensemble de la collection, comprenant 4871 volumes datant du XIIe au XIXe siècle, est répertorié dans un catalogue qui fait office d'inventaire. La classification utilisée est celle proposée par Jacques-Charles Brunet (1780-1867) dans la table méthodique du Manuel du libraire.

 

 

Le cabinet Médard reconstitué  

 

Elle s'organise en cinq grands thèmes :

  • La théologie
  • La jurisprudence
  • Les sciences et les arts
  • Les belles lettres et l'histoire
Reliures de Gout fils

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des reliures remarquables

Au XIXe siècle, la règle générale veut que le libraire ou l'acheteur commande la reliure d'un ouvrage. À l'exception de 150 volumes dont il a souhaité conserver la reliure d'origine, Louis Médard a fait relier une grande partie de ses livres par les meilleurs artisans de la première moitié du XIXe siècle. Le plus souvent luxueuses, de veau ou de maroquin de couleur, ces couvertures témoignent du travail de relieurs surtout parisiens et montpéllierains : Bauzonnet, Thouvenin, Lefebvre, Durville, Jaujon, Gout fils...

 

Un patrimoine mobilier et pictural

Louis Médard a légué par testament à la ville de Lunel tout le contenu de son cabinet de lecture. Ainsi, la reconstitution du «cabinet Médard» dans le musée présente les livres dans leurs armoires en bois, le bureau du bibliophile, une échelle, ainsi que quatre tableaux flamands du XVIIe siècle, héritage de famille.

Tableau du cabinet Médard :

Singeries, Ferdinand van Kessel (1648-1696)